Bienvenue sur le site des Alzheimer Cafés de la LIGUE ALZHEIMER ASBL
Ouverture de l'AC de Saint-Hubert, Luxembourg
Nous étions bien accueillis !
L'animation commence...
Voici les deux animatrices de l'Alzheimer Café!
Merci pour leur accueil chaleureux
C'est l'Automne, et l'ouverture d'un AC à Herbeumont, Luxembourg
La conférence de presse était comble!
Merci à tous...
Vous pouviez poser vos questions sur la maladie et raconter votre vécu...
Photo traditionnelle avec le drapeau !
Voilà les deux animatrices en charge de l'Alzheimer Café !
Merci à elles

Alzheimer à Davos

« Un pas en avant majeur » dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Par ces mots, l’association Alzheimer’s Disease International (ADI) se félicite de l’inscription de la Maladie d’Alzheimer au cœur des discussions du Forum économique mondial de Davos, en Suisse.Un événement d’autant plus remarqué qu’il constitue une première.

L’association internationale ADI fédère 71 organisations nationales axées sur la maladie d’Alzheimer. Dans son Rapport 2009, elle indique qu’à l’échelle mondiale 35.6 millions de personnes sont atteintes de démence. Ces données seront amenées à doubler tous les 20 ans, pour atteindre 65.7 millions en 2030 et 115.4 millions en 2050.

 

La médecine personnalisée

Parmi les pistes de travail débattues au sommet : la médecine personnalisée. Le terme renvoie à l’usage d’informations génétiques dans le but d’identifier le traitement le plus approprié pour le patient, compte tenu de la situation particulière dans laquelle il se trouve. Ce type de médecine s’est quelque peu démocratisé et davantage de patients peuvent désormais y avoir accès.

« Un tsunami médical sur le point de déferler »

Au-delà de cette option plus particulières, les participants au forum ont mis l’accent sur l’importance d’une prise de conscience du grand public par rapport à la maladie d’Alzheimer et aux moyens mis en place pour y faire face.

En amont du forum,Marc Wortmann, le directeur de ADI, se désolait du manque de contrôle sur la démence et la maladie d’Alzheimer. Ce manquement fera peser de lourds fardeaux sur les personnes, les familles, les établissements de soin de santé et l’économie mondiale ». Comparant la maladie d’Alzheimer à un « tsunami médical sur le point de déferler », les experts estiment que le coût de la démence pourrait s’élever à 315 milliards de dollars par an.

Ces prévisions pessimistes ne seraient cependant pas inéluctables. « Un espoir réside dans la prise de mesures pour appuyer la recherche de meilleurs traitements et pour financer et améliorer les soins de la démence », explique Marc Wortman. « Nous devons informer les gens quant au fait que les traitements disponibles, le soin et le soutien offerts, même aujourd’hui, peuvent faire la différence »

A.D.

Alzheimer café et radio

Bonjour à toutes et à tous,

Lors de l’ouverture de notre Alzheimer Café dans les Marolles, la journaliste Barbara Boulet à réalisé un article diffusé sur les antennes de vivacité.

Vous trouverez cet enregistrement en cliquant ici.  Le reportage sur la ligue commence aux environs de la 380 ème seconde.

Nous souhaitons un bon congé de carnaval à tous nos lecteurs.

On parle de la ligue

Bonjour à toutes et à tous,

Pour ceux à qui l’information aurait échappée, la RTBF a rédigée un article à notre égard pour l’ouverture de notre Alzheimer Café à La Samaritaine ce lundi 4 février.

Vous trouverez l’article en cliquant ici.

Pour rappel cet Alzheimer café se déroule à la rue de la Samaritaine 41/6 à 1000 Bruxelles chaque premier lundi du mois (hors congés scolaires).

Bonne lecture et rejoignez-nous nombreux le lundi 4 mars.

Un homme avec un homme

A quelques jours de la Pride Seniors (voir ci-dessous), il nous est revenu en mémoire l'histoire de Georges et Eric. Ces deux hommes formaient un couple heureux, vivant discrètement leur grande passion jusqu'au jour où les médecins ont découvert chez Georges une démence de type Alzheimer...

« Georges et Eric formaient un couple heureux, vivant discrètement leur grande passion jusqu'au jour où les médecins découvrent chez Georges (de 10 années l'aîné d'Eric) une démence de type Alzheimer. Noyant son désarroi dans la bière, sans limite (faute de mémoire récente), l'état de Georges ne fait que s'aggraver. Eric doit donc trouver une solution. Soit quitter son emploi, soit trouver une assistance à l'extérieur. Les aides familiales féminines, déjà réticentes à l'intervention dans ce cadre familial extraordinaire, sont mal ou pas tolérées par Georges : il les agresse verbalement, les poursuit quand elles s'opposent à lui,... Réaction normale chez un patient Alzheimer normal, mais jugée anormale et inacceptable quand on est homo...

 

La maladie d'Alzheimer coûte cher. Il faut des sous pour vivre cette catastrophe, Eric doit donc continuer à gagner sa vie et celle de Georges. La MRS (maison de repos et de soins) devient, quoique coûteuse, la seule solution. Lors des quelques visites prospectives, Eric est d'emblée pris pour le fils attentif qui cherche une place pour son père dément ; on admire son dévouement, son intérêt sincère, ce qui rend une rectification de cette vision erronée difficile voire impossible. Il laisse courir l'imagination bien-pensante au bénéfice d'une place pour Georges, de plus en plus confus. Mais une fois installé dans ses nouvelles pénates, Georges fait apparaître la vérité au grand jour. Ses attitudes et gestes vis-à-vis d'Eric sont sans équivoque ; la maladie fait sauter la retenue sociale. Comment gérer en public ces choses intimes vécues jusque-là au plus profond de leur couple ? La joie de les ressentir, de les partager encore, est aussitôt estompée par la honte engendrée par les spectateurs involontaires présents. Ne pas répondre aux avances de Georges par convenance sociale, c'est lui enlever son support affectif, moral, sa joie de vivre, son estime de soi. Le temps presse, la maladie avance ; tantôt, les liens affectifs seront effacés, oubliés par cette maladie impitoyable. Tout doucement, la pression sociale tombe. Les gens commencent à respecter Eric pour ce qu'il fait tout simplement pour Georges. On oublie le début de leur histoire commune ou on fait comme si... et on accepte qu'un homme aide et aime un homme. En fait, c'est juste la consonne qui change et ça ne change pas la face du monde. »

A.D.

 

Le mois de mai est le mois du cerveau

Bonjour à toutes et à tous,

Ce mois de mai est l’European month of the brain soit, le mois du cerveau, dans ce cadre nous vous invitons à consulter notre site alzheimer.be pour des news. Nous profitons du blog pour vous faire partager un article plus léger sur le cerveau. Vous trouverez ci-dessous une liste de petites choses pour garder un cerveau en forme.

Tout d’abord, il est conseillé de garder un mode de vie sain, en effet le cerveau est soumis au mode de vie de son propriétaire.

Ensuite, une alimentation saine est bénéfique pour le cerveau, celui-ci étant la partie du corps la plus active, il est primordial de le nourrir sainement en privilégiant des fruits et légumes, ainsi que des poissons gras (une fois par semaine).

Il faut également faire de l’exercice, car l’exercice physique est bon pour celui-ci, il stimule la circulation sanguine et permet une meilleure oxygénation du cerveau.  La pratique d’activités modérées telle que la marche à pieds et la natation sont bénéfiques.

Le cerveau est comme tous les autres muscles, il s’exerce et s’entretient, pour se faire il est conseillé de pratiquer des activités forçant les neurones à travailler pour qu’ils fabriquent de nouvelles connexions, pour se faire il faut conserver une bonne activité intellectuelle et sociale.

Enfin, il faut se relaxer de temps à autres et évacuer le stress en s’accordant des plages de repos. Un bon sommeil permet de récupérer physiquement et mentalement mais également de fixer les informations emmagasinées tout au long de la journée.

Un bon mois du cerveau à tous, prenez soin du vôtre.